Blog

Les mineurs du Kawah Ijen

A l’origine de la renommée

Cela fait 30 ans que le grand reporter français Nicolas Hulot * s'est rendu à Java Est pour son célèbre programme télévisé d'aventure (Ushuaia), afin de produire un reportage de 35 minutes sur les conditions de vie des travailleurs près du volcan indonésien Kawah Ijen. Cette couverture sensationnelle a mis en évidence les conditions de travail difficiles et pénibles des «mineurs de soufre» dans la région. Il a présenté les risques inhérents liés à l’extraction du soufre au «cœur» du volcan et les conséquences dramatiques de ces conditions horribles sur la santé des travailleurs.

Sir le site du Kawah Ijen, beaucoup de ces travailleurs se souviennent de cette semaine de tournage. La production était flanquée de deux hélicoptères affrétés depuis Jakarta et a permis à certains travailleurs de grimper encore plus haut que le sommet du volcan de 2300 m, pour découvrir leur lieu de travail depuis les airs.. Un souvenir encore très vivant pour les rescapés de cette période, qu’ils racontent sans relâche, à quiconque soupçonné d'être francophone: c'est le début de l'ère médiatique des «travailleurs du soufre»!

Depuis, des équipes de journalistes vont et viennent régulièrement sur et autour du volcan célèbre. Toujours à la recherche de nouvelles encore plus sensationnelles, ils insistent sur la difficulté du travail, les dangers liés au soufre et aux gaz toxiques, la mortalité présumée des travailleurs, les blessures quotidiennes subies, ainsi que les salaires relativement modestes accordés aux mineurs pour leurs efforts quotidiens. Chaque reportage devient une nouvelle occasion d’accumuler les plans rapprochés et photogéniques de leurs visages burinés et épuisés, de partager des chiffres dramatiques et révélateurs qui parlent de leurs conditions de travail difficiles et avancent, immanquablement, des statistiques de leur probable jeune âge auquel ils pourraient mourir . Mais d'où viennent ces chiffres et ces informations?

Une mine à ciel ouvert

Loin de moi l'idée de contester l'extrême pénibilité et les difficultés extraordinaires de travailler dans un tel lieu. Il est pratiquement impossible de concevoir de telles conditions sans les endurer douloureusement vous-même ... Mais j'ai l'impression que certains faits, impossibles à contester, doivent être clarifiés et précisés afin d’avoir une idée objective et de percevoir une perspective quelque peu différente de la situation actuelle des travailleurs.

Des premières informations concernant les extractions du soufre à partir du cratère du Kawah Ijen (surnommé le «cratère vert» en raison de la couleur turquoise de son lac d'acide sulfurique) remontent au XVIe siècle. À cette époque, un village de mineurs (qui était situé sur la face nord du volcan mais qui a disparu depuis) ​​s'est spécialisé dans la collecte et le commerce du soufre de Kawah Ijen. Les travailleurs grimpaient la pente du village pour atteindre le lac acide du volcan (le plus grand lac acide du monde), sur lequel ils voguaient ensuite sur de petites embarcations en bambou, à leur risques et périls, pour atteindre le site d'extraction du soufre. À leur retour à la fin de la journée, les pirogues surchargées de minéraux précieux, le retour par le lac s'avérait souvent dangereux et fatal. Au début du 20e siècle, à la suite de nombreux incidents et tragédies, les gestionnaires néerlandais de la mine ont décidé d'ouvrir une nouvelle voie d'accès, sur la face sud du volcan, abandonnant ainsi les «joies» de voyager sur le lac acide ... A partir de là, le soufre était exclusivement transporté sur le dos des ouvriers, d'abord du fond du cratère jusqu'au sommet, puis du sommet au camp de base (Paltuding), situé à environ 4 kilomètres ( une pratique extrêmement similaire au système d'exploitation actuel).

Organisation et logistique

L'extraction de soufre au Kawah Ijen est désormais sous la responsabilité d'une société minière qui emploie ses employés sous le statut d'employés et qui commercialise son produit principalement aux industries pharmaceutique et cosmétique. Les quelque 300 employés du Kawah Ijen se répartissent en deux grandes catégories: les mineurs (environ 25 à 30 personnes) et les porteurs (environ 250 personnes).

Au sein du cratere, les mineurs

Les mineurs sont chargés de produire et d'extraire le soufre à partir des vapeurs qui émanent des profondeurs souterraines du volcan. Ils travaillent par périodes de 15 jours:simultanés de travail et de repos. Leur travail est extrêmement ardu et ils sont constamment exposés à un environnement hostile et dangereux. Même s'ils ont perçu des masques de protection appropriés, ils ne les utilisent que rarement car leurs efforts physiques et leurs capacités respiratoires sont entravés par l'appareil respiratoire.

Pour chaque période de 15 jours passée dans le cratère, un mineur reçoit un salaire fixe de 120 $, environ 1,5 fois le salaire mensuel moyen à Java Est.

Sur le chemin des porteurs

Les porteurs doivent d'abord porter le soufre extrait par les mineurs du fond du cratère jusqu’au sommet du volcan, puis le transporter jusqu'au camp de base. Pour ce faire, ils emballent de lourdes charges, allant généralement de 60 à 80 kg, dans des paniers en osier et en bambou. Cette tâche épuisante nécessite une volonté inimaginable et une résistance physique surhumaine, et ce, lors de leurs deux allers retours quotidiens. Leurs épaules, souffrant du poids des charges, ne sont que blessures et callosités. Portant seulement des bottes ou des sandales, ils descendent, chargés lourdement, le chemin sinueux, en pente raide, comme des robots. Les touristes épuisés (mais eux, non-chargés) qui peinent pour monter jusqu'au sommet du cratère, sont les témoins de l'extrême difficulté du travail accompli par chacun des porteurs.

Le salaire des porteurs est proportionnel au nombre de kilogrammes transportés: environ 1 000 rupiah (IDR) par kilogramme. Ce qui représente environ 5 $ pour un voyage de 60 kilogrammes, et donc un salaire d'environ 10 $ pour leurs deux voyages quotidiens (environ 8 heures de travail). Et si le porteur travaille en moyenne 25 jours par mois, son salaire mensuel atteint 250 $. À nos yeux d’occidentaux, cela semble être une compensation extrêmement faible et inacceptable voire dérisoire. Cependant, dans cette région inhospitalière, et en comparaison avec les travailleurs locaux qui récoltent du café dans les plantations environnantes et pour qui une journée moyenne de 12 heures ne rapporte qu'un salaire de 3 $ (et donc un salaire d'environ 75 $ par mois), ce salaire est excellent et inespéré. Les places libres sont rares et âprement disputées.

Sécurité, santé et espérance de vie: Un manque complet d’information

Aucune étude réelle n'a jamais été entreprise pour déterminer l'espérance de vie des travailleurs (mineurs et porteurs), et il est donc impossible de confirmer ou d'infirmer l'hypothèse de décès prématurés, pourtant largement diffusée… Les informations font tout simplement défaut! En ce qui concerne les mineurs, nous pouvons supposer que le non-port de leur masque de protection est susceptible d'augmenter le risque d'infection pulmonaire et de cancer, mais aucune preuve irréfutable ne le confirme. Et c’est dommage, car sans les résultats d’une étude sérieuse, il est difficile de les convaincre individuellement de respecter les règles de port du masque dans le cratère, et donc de promouvoir une prévention efficace!

Pour les porteurs, beaucoup moins exposés aux dangers des vapeurs toxiques, des fumées et des gaz (méthane entre autres), la dangerosité de leur travail réside dans l'effort surhumain qui leur est demandé pour transporter des charges extrêmement lourdes. Certains d'entre eux surestiment leur capacité à transporter en permanence des charges pouvant peser jusqu'à 100 kg. Ils se retrouvent alors, dans un état léthargique et chroniquement épuisé (physiquement et mentalement) pendant des semaines voire des mois, complètement anémiques et ne pouvant récupérer qu'après de longues périodes de repos absolus.

Fumer pour donner aux travailleurs la force dont ils ont besoin pour accomplir leurs labeur

Le marketing et les publicités omniprésentes des cigarettiers en Indonésie sont sans aucun doute un facteur aggravant majeur qui affecte tous les travailleurs. Ils fument tous, et énormément! Par mes fréquentes discussions avec ces travailleurs, autour du café (et des cigarettes!), j’ai compris l’impact véritable de ces publicités, créées par les experts en communication de ces fabricants de cigarettes locaux: Ils ont réussi à les convaincre, insidieusement que, sans cigarettes, ils n'auraient jamais assez de force ou de résilience pour faire leur travail. Le mythe du «cow-boy de Marlboro» est profondément ancré dans chacun de leurs esprits! (Que Dieu leur apporte le pardon)

Mes experiences humaines authentiques

Après de nombreuses années à leurs côtés, en les écoutant et en partageant à la fois leurs efforts et leurs moments de repos, j'ai compris qu'il est essentiel non seulement d'admirer ces travailleurs pour les tâches incroyablement difficiles, mais surtout, il faut les respecter et les honorer comme des Hommes! Ce sont des gens heureux et fiers de leur travail. Ils ne veulent pas que cela change! Ils aiment ce qu'ils font et ne se plaignent jamais ni n'attendent de la compassion des touristes témoins de leurs exploits quotidiens. Ils sont aussi fiers que l'ont été historiquement nos mineurs, nos bûcherons, etc. Nous leur devons du respect, ne serait-ce que pour les leçons de vie qu'ils nous enseignent chaque jour.

"Je suis fier du travail que j'ai accompli ici au cours des 8 dernières années", m'a dit Robuk, à travers le halo de fumée de sa cigarette. «Mes enfants vont tous à l'école et je me repose l'après-midi, après le travail. Je choisis mes propres horaires, je choisis le poids de la charge que je transporte et je profite d'une grande camaraderie avec tous mes collègues. Ça fait du plaisir d'être photographié comme des stars par les visiteurs. Lorsque les touristes quittent le site (vers 8h00), le poids des paniers semble soudainement plus lourd et plus difficile à transporter. Il y a beaucoup de filles qui veulent prendre des photos avec moi, et j'aime me sentir comme un héros devant tous ces étrangers. »

Dignité et respect plus que de la compassion

Lors de votre prochaine visite sur le site fabuleux de Kawah Ijen, les travailleurs vous accueilleront non seulement avec des sourires radieux, mais ils vous témoigneront également de leur gentillesse et de leur amitié. Ils vous prouveront la valeur et la dignité de leur travail. Selon eux, il n'est pas nécessaire et utile de présenter leur labeur par les biais négatifs pour vendre quelques journaux supplémentaires avec des gros titres racoleurs. Respectez les et partagez votre enthousiasme avec eux: leur sourire restera à jamais gravé dans votre cœur.

  • Texte: Pierrick Bigot
  • Photos: Rustam Kalimullin
  • *Nicolas Hulot a été le Ministre de l'ecologie et de l’environnement sous la Présidence d’Emmanuel Macron.
Partagez ça
Reviews

Évaluation de l'excursion
Nom*
Courriel*
Vérifiez que l'entrée est correcte
Rate it
Message de commentaire*
 

 

Lisez aussi