Blog

17 objectifs développement durable pour un monde meilleur - ODD 2 : Faim "zéro"

13 Octobre 2021 - Socrate Georgiades

Depuis 2015, les Nations-Unies (ONU) ont défini 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) afin d’améliorer la vie de tous les habitants du monde mais surtout de parvenir à un avenir durable pour que nos descendants profitent de conditions aussi favorables.
Ces ODD nous concernent tous, citoyens, entreprises, institutions et gouvernements et nous donnent la marche à suivre face à ces défis mondiaux. Pauvreté, climat, inégalité, justice, voyons comment objectif par objectif, nous pouvons dresser un état des lieux de l’Indonésie. Et voir comment chacun de nous, à notre échelle, y compris en tant que voyageur visitant l’Indonésie, nous pouvons contribuer à faire progresser l’objectif jusqu’en 2030. 

Indonésien faisant griller du poisson et de la viance

ODD 2: Faim "zéro". 

L’Indice de Développement Humain (développé par les Nations-Unies) place l’Indonésie à la 146ème place mondiale, entre autres parce qu’il y a des problèmes de malnutrition dans l’Archipel. Bien que la situation se soit améliorée ces 20 dernières années, l’état nutritionnel des Indonésiens reste faible au regard des normes internationales. On considère en temps normal que plus de 20 millions de personnes vivent en situation d’insécurité alimentaire (8% de la population) et que la proportion d’enfants de moins de 5 ans souffrant de déficit pondéral se monterait à près de 20%.

Concernant la période COVID-19 qui dure déjà depuis un an et demi, nous n’avons pas de données précises sur la malnutrition mais nous savons par exemple qu’à Bali, il n’y a aucune aide publique et que certaines personnes, en particulier originaires des autres îles, ne survivent que grâce à des bénévoles et le don des associations et d’entreprises. C’est entre autres parce qu’il n’y a pas d’aide publique et autant de pauvreté que l’Indonésie n’a pas pu appliquer de confinement strict au risque de condamner les plus démunis à une mort certaine. 

La malnutrition en Indonésie revêt trois aspects : sous-alimentation, suralimentation et carence en micronutriments

Maman portant son bébé en Indonésie

Sous-alimentation

Ce sont surtout les petites îles de la Sonde orientales (Sumba, Flores, Timor, Alor), la partie la plus pauvre de l’Indonésie, qui concentrent les problèmes de malnutrition. A Kupang, capitale du Timor, plus de 20% des enfants de moins de 5% souffrent de malnutrition aiguë. Traditionnellement, dans ces îles très arides où la riziculture est impossible, l’alimentation reposait sur le maïs et les haricots. Mais, l’influence de l’alimentation des fonctionnaires javanais à base de riz a déteint sur la population qui a peu de moyens pour se payer cet aliment en provenance des autres îles. 

Indonésiens achetant de la nourriture au marché

Suralimentation

Si l’embryon puis le fœtus à partir de 10 semaines reçoit une nutrition non adéquate dans l'utérus, l’enfant devient plus sujet à l'obésité lorsque son corps consomme plus de nourriture. Cela le rend à son tour sensible à d'autres maladies non transmissibles telles que le diabète et les maladies cardiaques. On a l’habitude de dire que l’obésité est une maladie de pauvres dans les pays riches et de riches dans les pays pauvres mais dans le cas de l’Indonésie, on constate que ce sont les pauvres qui semblent le plus affectés par l’obésité et les maladies cardio-vasculaires. D’autant que leurs connaissances nutritionnelles sont très limitées, faute d’enseignement à l’école, et que la passion nationale pour les gorengan (fritures) ne favorise pas le meilleur équilibre alimentaire. 

Petite fille indonésienne mangeant des nouilles

Carence en micronutriments

Le besoin en micronutriments est le plus élevé pendant la grossesse et la croissance. Une étude menée à travers 4 pays d’Asie du Sud-Est a prouvé que la carence en micronutriments (surtout en fer) chez les enfants de moins de 5 ans se retrouve avant tout dans les classes les plus pauvres, provoque le rachitisme et a des conséquences sur leur développement cognitif. La carence en vitamine A se retrouve souvent dans les pays où l’aliment principal est le riz blanc alors même qu’un pays tropical fournit de nombreux fruits et légumes colorés. A Bali, on rencontre encore dans les montagnes des paysans qui souffrent du goitre, il témoigne d’une carence en iode. L’iode se trouve en abondance dans les produits de la mer, poissons, algues et fruits de mer. 

C’est à la suite d’une étude menée en 2013 et 2014 sur des femmes enceintes de Jakarta où les analyses sanguines ont révélé d’importantes carences en fer, zinc, calcium, vitamine D, folate (risque de malformation congénitale de la moëlle épinière ou du cerveau) et vitamine B12 qu’a été mis en place un programme d’éducation alimentaire, suppléments et nourriture supplémentée. L’association East Bali Poverty Project à Bali mène depuis 1999 un programme d’amélioration de la nutrition chez les enfants du village de Bunga près du mont Agung. Leur alimentation ne reposait que sur le manioc et ils souffraient d’une carence en iode. Un déjeuner équilibré et gratuit leur a été fourni à l’école ainsi qu’un verre de lait quotidien. Un programme éducatif a été mis sur pied pour leur apprendre les composantes d’un repas équilibré et enfin un jardin a été installé au sein de l’école afin qu’ils apprennent aussi à cultiver et qu’ils récupèrent des graines pour développer des jardins avec leurs parents. 

Indotravelteam aide une vieille femme indonésienne en lui donnant de la nourriture

Quelques conseils aux voyageurs pour cet objectif de lutte contre la faim ?

  • Soutenez les associations telles que East Bali Poverty Project ou Bumi Sehat à Ubud qui mènent des programmes alimentaires

  • Participez à l’effort des bénévoles qui distribuent des produits de première nécessité depuis le début de la crise du COVID

  • Privilégiez les circuits courts en choisissant de manger dans des restaurants locaux plutôt que des chaines internationales ou de grands restaurants. Vos roupies profiteront à plus de gens. 

➡️ Retrouvez l'ODD 1 : Pas de pauvreté

Partagez ça
Reviews

Évaluation de l'excursion
Nom*
Courriel*
Vérifiez que l'entrée est correcte
Rate it
Message de commentaire*
 

 

Lisez aussi